No Tav, No Border et anarchistes au programme d’une conférence d’Europol.

Publié le par ventlibertaire33.over-blog.com

 

 

Europol est depuis 1999 l’agence euro­péenne de police cri­mi­nelle inter­gou­ver­ne­men­tale qui faci­lite l’échange de ren­sei­gne­ments entre poli­ces natio­na­les en matière de stu­pé­fiants, de ter­ro­risme, de cri­mi­na­lité inter­na­tio­nale et de pédo­phi­lie au sein de l’Union euro­péenne. On peut lire sur son site : Europol uses its unique infor­ma­tion capa­bi­li­ties and the exper­tise of over 700 per­son­nel to iden­tify and track the most dan­ge­rous cri­mi­nal and ter­ro­rist net­works in Europe.

 

Les 24 et 25 avril à la Hague, dans cet objec­tif de cher­cher et iden­ti­fier les plus dan­ge­reux réseaux cri­mi­nels et ter­ro­ris­tes euro­péens, Europol orga­nise une confé­rence euro­péenne de coo­pé­ra­tion sur le thème de « l’anar­chisme ». 

Au menu ? les anar­chis­tes euro­péens, la Fédération Anarchiste Informelle, mais sur­tout, les oppo­sant-e-s au TAV Lyon-Turin et par­ti­ci­pant-e-s aux camps No Border.

 

L’infor­ma­tion a d’abord été signa­lée par un groupe alle­mand, le BKA de Berlin Treptow qui orga­ni­sera une mani­fes­ta­tion à cette occa­sion. La tra­duc­tion de leur texte est dis­po­ni­ble sur le site consa­cré à la sur­veillance de la police en Europe, Euro-Police, Monitoring police in Europe.

 

Une tra­duc­tion par­tielle de ce texte est publiée sur Cette Semaine :

 

Que l’agence de police euro­péenne pour­suive les acti­vis­tes envi­ron­ne­men­taux et ceux qui défen­dent les droits des ani­maux était connu. Aujourd’hui se sont sur­tout les mou­ve­ments de gauche trans­fron­ta­liers, les “euro-anar­chis­tes” et les acti­vis­tes anti­ra­cis­tes et autres qui sont pris en ligne de mire.

 

Une confé­rence Europol se tien­dra sur les mou­ve­ments anar­chis­tes au sein de l’union Européenne, en assi­mi­lant, dans le seul but d’étendre les pou­voirs des auto­ri­tés, ces mili­tants et les expé­di­teurs de bombes par cour­rier (repé­rés en 2003 en Italie sous le sigles FAI et qui seront l’objet de l’ouver­ture des débats) .

 

Ce ne sont pas seu­le­ment les forces de police de l’Europe qui s’orga­ni­sent contre les mou­ve­ments de gauche : le ser­vice secret euro­péen, connu comme le « centre de situa­tion conjoint » (SitCen) se consa­cre comme Europol au phé­no­mène « Anarchiste ». En octo­bre, le ser­vice avait créé une « évaluation de situa­tion » pour rece­voir des ren­sei­gne­ments des ser­vi­ces secrets des Etats mem­bres. L’Office fédé­ral alle­mand pour la pro­tec­tion de la Constitution a également contri­bué « à la demande d’inter­ven­tion ».

 

Cette infor­ma­tion vient d’un porte-parole du ser­vice de Police de l’Union euro­péenne lors d’une réu­nion du groupe de tra­vail « Terrorisme ».

 

La confé­rence étudiera tous types d’actions contre les infra­struc­tu­res fer­ro­viai­res ainsi que les réseaux « No border ». Par infra­struc­tu­res fer­ro­viai­res, ils enten­dent tout ce qui va des actions en Allemagne : révol­tes face au grands tra­vaux d’infra­struc­tu­res fer­ro­viai­res à Stuttgart ( le projet « Stuttgard 21 ») jusqu’aux reven­di­ca­tions et actions des No TAV (Treno Alta Velocità) entre Turin et Lyon.

 

Mais le champ de cette confé­rence remon­tera également jusqu’aux divers ras­sem­ble­ments et camps no-Border. En s’inté­res­sant par exem­ple de nou­veau aux évènements de sep­tem­bre 2010 à Bruxelles ou à tout autre type de mani­fes­ta­tion ou contre-sommet ayant été reconnu comme appar­te­nant à un mou­ve­ment géné­ral affi­lié par Europol sous le terme géné­ri­que d’Euro-Anarchisme. Ce terme s’étendant par exten­sion à tous les mou­ve­ments de gauche trans­fron­ta­liers poin­tés comme partie pre­nante ou pro­ches de cette « mou­vance ». 

Afin de confor­ter nos socié­tés sécu­ri­tai­res et conser­va­tri­ces tous les pro­tes­ta­tai­res seront alors qua­li­fiés de « ter­ro­ris­tes ». Alors que l’on voit bien sou­vent, que c’est la police qui, par ses agis­se­ments, met des vies en danger comme ce fut le cas der­niè­re­ment pour Luca dans la vallée de Susa en Italie 

Les poli­ciers belges rap­por­te­ront de leur côté, com­ment ils ont, lors du contre-sommet à Bruxelles bloqué les pas­sa­ges aux fron­tiè­res, arrê­tés et dressé la liste de « 96 anar­chis­tes » (dont on a su plus tard qu’ils étaient en pos­ses­sion de publi­ca­tions inter­di­tes et que leur arres­ta­tion était prin­ci­pa­le­ment due à leur « convic­tions anar­chis­tes »).

 

Toutes les poli­ces et ser­vi­ces de ren­sei­gne­ment d’Europe sont actuel­le­ment en pleine et minu­tieuse pré­pa­ra­tion, tra­vaillant la mise à jour de leurs fiches et de leurs infos afin de recou­per leurs don­nées et rendre « encore plus effi­cace » la coo­pé­ra­tion inter­na­tio­nale contre ce qu’ils qua­li­fient de « ter­ro­risme ». Les poli­ces et ser­vi­ces de ren­sei­gne­ment de chaque pays par­ti­ci­pant ajou­te­ront à ce maillage un des bouts de la grande toile anar­chiste euro­péenne.....

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article