La Mano Negra.

Publié le par ventlibertaire33.over-blog.com

 "Avec La Mano Negra (110 p, 12 euros), les éditions de L'Echappée nous présentent deux textes de Clara E. Lida, le « Règlement de la société des pauvres contre ses voleurs et ses bourreaux » et une chronologie qui apportent quelques éclaircissements sur une organisation secrète de paysans andalous démantelée par le pouvoir espagnol en 1883 (près d'une vingtaine de personnes exécutées par la garrotte, une centaine d'emprisonnées dont certaines ne seront libérées qu'en 1903). Longtemps considérée comme une invention de la police pour mater la grève des journaliers et des paysans, la Mano Negra a réellement existé et l'auteure établit son adhésion à la pensée libertaire et au mouvement anarcho-syndicaliste espagnol. Lors de la période d'intense répression de 1874 à 1881, c'est le seul moyen qui reste aux militants paysans pour perpétuer l'existence de leur organisation de résistance à l'exploitation et à la misère : répondre au terrorisme de l'Etat, des propriétaires terriens et de l'Eglise par le terrorisme. En 1878, la révolte gronde, des fermes et des oliveraies sont incendiées, du bétail massacré, des vignes arrachées… Clara E. Lida insiste fort justement sur les différences de situation entre le Nord (Madrid, Barcelone) qui s'industrialise et le Sud qui demeure rural, appelant aussi les historiens à étudier cette période de clandestinité de la Fédération des travailleurs de la région espagnole (FTRE), ancêtre de la Confédération nationale du travail (CNT). Elle y contribue et, même si les textes présentés sont un peu décousus, elle nous fait découvrir une période et des événements largement inconnus en France.

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article