Guy Debord, extraits du Manifeste pour une construction de situations.

Publié le par ventlibertaire33.over-blog.com

Le Décor nous comble et nous détermine. Même dans l’état actuel assez lamentable des constructions des villes, il est généralement très au-dessus des actes qu’il contient, actes enfermés dans les lignes imbéciles des morales et des efficacités primaires.
IL FAUT ABOUTIR A UN DÉPAYSEMENT PAR L’URBANISME, à un urbanisme non utilitaire, ou plus exactement conçu en fonction d’une autre utilisation.
La construction de cadres nouveaux est la condition premières d’autres attitudes, d’autres compréhensions du monde.
Le même désir suit son cours souterrain dans plusieurs siècles d’efforts libérateurs, depuis les châteaux inaccessibles décrits par Sade jusqu’aux allusions des surréalistes à ces maisons compliquées de longs corridors assombris qu’ils auraient souhaité d’habiter.
Le charme -au sens le plus fort- que continuent d’exercer les grands châteaux du passé, les villages cernés de palissades des beaux temps du Far West, les maisons inquiétantes du pont de Londres -caves communiquant avec la Tamise- ou les dédales des temples de l’Inde ne doit pas être abandonné à une faible évocation périodique dans les cinémas, mais utilisé dans des constructions nouvelles concrètes. […]
L’avenir est, si l’on veut, dans des Luna-Park bâtis par de très grands poètes.

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article